LA MAISON DE VENUS

A LA COQUILLE

 

A - Vestibule

B - Atrium

C - Cubiculi

D - Triclinium

E - Tablinum

 

 

F - Péristyle

G - Cubiculum

H - Oecus

I - Grand salon

J - Services

 

 

 

 

 
 


Fouillée en 1952 par A Maiuri, la maison II-3-3 occupe tout le nord ouest de
l'insula et doit son nom à la grande fresque présente sur la paroi sud du jardin

Peint en rouge amarante, le vestibule porte des médaillons renfermant des bustes peints, difficilement reconnaissables

L'atrium toscan était décoré de peintures scénographiques du IV style, aujourd'hui décolorées ; il a été gravement endommagé au cours de la dernière guerre (1943).

L'impluvium en marbre occupe l'espace central : il reccueillait l'eau du toit par le compluvium et alimentait les citernes situées au dessous

Sur le côté nord de l'atrium s'ouvraient deux cubiculi (chambres à coucher), tandis que sur le côté ouest, à droite, on aboutit aux salles de service qui possèdent leur propre entrée à partir de la voie de l'Abondance - un moulage en plâtre de la porte nous est convervé

Dans le portique nord du péristyle, des fermes permettent de franchir l'espace important séparant les colonnes du mur du fond. Les parois sont décorées en IVème style avec des tableautins représentant des cités maritimes
l'architecte de la demeure a conçu un parcours intérieur permettant d'offrir une découverte progressive de la zône du péristyle, afin que le jardin réèl se confonde avec le jardin fantastique reproduit sur la paroi du fond. Au centre du panneau semblant déboucher sur la mer, le représentation de Vénus sur une coquille a rendu célèbre cette maison

Dans cette partie nord ouest, le triclinium est décoré de fresques du IVe style : on notera la corniche en stuc délimitant la voûte en berceau, ainsi que les fresques représentant des balcons soutenus par deux rostres (proues de navires militaires), avec des paons sur les parapets

A l'ouest de l'atrium s'ouvre un grand salon doté d'un pavement noir et blanc en mosaïque, en attente d'un nouveau décor pariétal en 79 après Jésus-Christ

Le tablinum de la maison ne se trouve pas dans sa position habituelle - à savoir dans l'axe du vestibule, de l'atrium et du péristyle -, mais sur le côté est.

En mauvais état, la paroi présente un programme décoratif apparement lié au mythe d'Apollon.

Le petit tableau central de la paroi nord représente Apollon et Daphné, tandis que les niches abritent des figures isolées, liées au dieu : l'une joue de la cythara ; une femme file la laine ; un personnage semble se tourner dans la direction d'Apollon

Situé au sud, le péristyle apparaît comme la pièce la plus remarquable de la maison. Divisé en deux superbes parterres, le jardin est prolongé par une peinture pariétale où des animaux fantastiques côtoient des statues (Mars) et des fontaines en marbre.

Au centre de la peinture, une scène semble s'ouvrir sur la mer : un dauphin monté par un Amour transporte une coquille rose sur les flots.
Dans cette coquille, Vénus est étendue, nue, parée d'un diadème, de colliers, boucles d'oreille et bracelets.

La fresque placée sur la gauche de la paroi du fond du péristyle présente au premier plan une statue en marbre de Mars, et, derrière elle, au-delà d'un croisillon de planches, un jardin fantastique
La partie centrale de la paroi du fond du péristyle est occupée par une fresque. Vénus est étendue sur une coquille ; cette dernière est tirée comme le serait un vaisseau par le dauphin que chevauche un premier Amour, alors qu'un deuxième semble la pousser

Cette fresque prend tout son sens vue depuis l'atrium ou à partir du promenoir nord du péristyle.

De près, elle révèle tout l'incongruité d'une oeuvre à plusieurs mains : à l'ingénuité des proportions du corps, s'oppose une splendide tête de femme à la coiffure bouclée en usage à l'époque de Néron

Le côté est du péristyle s'efforce aussi de nier l'étroitesse de l'espace réel : une fresque présente un jardin doté de fontaines en marbre sur les bords desquelles sont posée des colombes

Les côtés ouest et nord du péristyle sont occupés par des portiques ; l'étroit promenoir du portique occidental, orné de peintures scénographiques du IVème style dit "fantastique", permet d'accéder à des pièces sans doute reliées au jardin et dotées d'un étage.

Le péristyle de la maison est organisé autour d'un triportique axu colonnes composites en brique, dont le tiers inférieur est jaune et la partie supérieure blanche et cannelée. L'ensemble de la paroi ouest est recouvert de fresques du IVème style

Très large, le portique nord offre de petits tableaux de sanctuaires et de villes maritimes

La pièce située au sud du portique oriental comporte un décor de panneaux : sur un fond bleu, un édicule est vue en perspective, tandis qu'un tableau central, d'interprétation incertaine, constitue peut-être une image rare de la naissance d'Hermaphrodite

Dur le côté ouest du péristyle nord, une autre pièce possède des fresques deu IVème style sur fond jaune ; il s'agit d'architectures fantastiques peuplées d'Amours ailés.

Cette maison a été très endommagée, et plus particulièrement dans sa partie antérieure, touchée par une bombe au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Après quelques interventions grossières dans les années cinquante, elle a été totalement restaurée, dans un grand respect des volumes et des caractéristiques de l'architecture antique.

En redonnant aux couleurs leur fraîcheur et aux décorations leur faste, on pu reconstituer l'atmosphère originelle de la demeure.


 

 

RETOUR