LA MAISON DE SALLUSTE
  • A - Boutiques
  • B - Thermopolii
  • C - Boulangerie
  • D - Vestibule
  • E - Atrium
  • F - Impluvium
  • G - Cubiculi
  • H - Alae
  • I - Tablinum
  • J - Corridor
  • K - Portique
  • L - Oecus
  • M - Viridarium
  • N - Triclinium estival
  • O - Pièce de passage
  • P - Péristyle
  • Q - Dietae
  • R - Triclinium
  • S - Cuisine


Fouillée entre 1805 et 1809, la maison de Salluste doit son nom à C. Sallustius, dont la nomination est prônée dans un texte électoral placé sur la façade.
Donnant sur la voie Consulaire, la façade de la maison de Salluste comportait d'imposants piliers en tuf gris (opus quadratum)

Des boutiques de plan carré aux larges baies s'ouvraient sur la rue

Comme on peut le déduire du sceau en bronze trouvé dans la maison, il est plus vraisemblable que le propriétaire ait été un certain A. Cossius Libanus, peut-être d'origine orientale

Au moment des fouilles, la demeure provoqua l'émerveillement par son décor du 1er style et la grandeur de ses pièces d'habitation

fresque représentant Mars et Vénus semblant se disputer une petite guirlande, sur les deux côtés

Cette maison a été construite dans la première moitié du IIème siècle avant Jésus-Christ dans une zône intermédiaire entre les insulae de la région VI et la voie oblique venant du nord

Dans son premier état, la construction était extrêmement austère et rationnelle, en dépit de sa taille imposante : six tabernae carrées s'ouvraient sur la façade avec, au centre, le vestibule

La partie habitée était de forme régulière avec un atrium au centre, cantoné de cubiculi et un tablinum dont l'entrée était flanquée de deux oeci identiques

l'atrium et le tablinum de la maison conservent une grande partie de leur décor en 1er style structurel, qui conférait solenneté et sévérité à cet espace

Dotée d'un puits, la cuisine occupait l'angle sud ouest de l'atrium

L'espace compris entre la maison et les murs d'enceinte, destiné à l'hortus domestique, était pourvu d'une entrée secondaire dans le mur est

D'importantes modifications sont apportées après 80 avant Jésus-Christ ; en face des murs est, nord et sud, un triportique est édifié avec de belles colonnes ioniques en pierre de Sarno

 

après le milieu du 1er siècle avant Jésus-Christ, une zône découverte fut remplacée par un triportique doté de deux cubiculi placés au fond sur les côtés est et ouest. Originellement située sur la paroi du fond, la fresque présentant le mythe d'Actéon et Diane a été détruite lors de l'explosion d'une bombe pendant la Seconde Guerre mondiale

La transformation définitive a eu lieu après le tremblement de terre de 62 après Jésus-Christ, lorsque cette demeure patricienne est aménagée en auberge : les deux boutiques cantonnant l'entrée sont alors reliées à l'atrium et deviennent des thermopolii

Dans les années précédant le cataclysme, la maison s'est transformée en caupona, et la pièce située au nord de l'entrée est devenue un grand thermopolium

Le côté nord du portique est fermé, afin d'ouvrir des pièces supplémentaires surmontées d'un étage, et l'angle nord-est du jardin est désormais occupé par un thermopolium estival

La zône privée est reléguée autour d'un péristyle dans la partie sud du jardin ; enfin, l'angle sud-ouest devient un thermopolium et l'angle nord-ouest une boulangerie : ces deux établissements se situant désormais en dehors de l'ensemble

Voici comment celui-ci apparaît à ce jour : la façade en opus quadratum (faite de bloc de tuf) est imposante ; une fois franchi le vestibule, on accède à l'atrium toscan (l'un des plus grands et des plus surélevés de Pompeï), avec son impluvium en dalles de tuf gris aux rebords moulurés

Sur le côté est, était placée une mensa en marbre aux pieds en forme de griffon

Elle jouxtait un piédestal surmonté d'une fontaine en bronze représentant Hercule et le cerf, qui alimentait un bassin sous-jacent en forme de coquille

Plusieurs cubiculi donnent sur un atrium caractérisé par son décor en relief du 1er style

L'accès à ces pièces se fait par des hautes portes en opus africanum composé de grands blocs de pierre de Sarno

Les deux larges alae cantonnant le tablinum servaient à faire attendre les clientilae

A l'arrière, dans l'axe du vestibule et de l'atrium, se trouve le tablinum qui, grâce à une large ouverture, donne sur le viridarium et son portique ionique

Ce viridarium était particulièrement remarquable : la paroi du fond présentait une fausse barrière en bois au-delà de laquelle s'étendait un jardin fantastique avec fontaines, fleurs, oiseaux et fleurs exotiques

Celui qui observait cet endroit depuis la rue pouvait imaginer qu'au-delà du tablinum, s'étendait un jardin d'une beauté extraordinaire

 

 

 

 

RETOUR