Le webmaster vous souhaite une bonne journée et vous remercie de votre visite.

     

Lingerie de prestige

       
    lingerie La Perla
     

 

LE LUPANAR

 

A - Vestibule

B - Cellae

C - Latrines

D - Entrée secondaire

E - Escalier menant à l'étage supérieur

Cité commerçante, Pompei devait être en mesure d'accueillir de nombreux étrangers et, comme c'est le cas dans tous les centres de ce type, aux nombreux lieux de restauration (thermopolii) et de logements (cauponae) venaient s'ajouter des établissements où l'on pouvait rencontrer des prostituées

Plus de trente maisons closes ont été identifiées à Pompei ; certaines étaient très modestes, constituées d'une pièce unique avec un lit en maçonnage recouvert d'une paillasse ou d'un matelas rembourré, comme on peut l'observer dans les peintures à sujet érotique

D'autres maisons closes étaient installées à l'étage des auberges ; on y accédait par de raides escaliers en bois

On a également supposé que l'étage des thermes suburbains étaient probablement destiné à la prostitution. En effet, la partie supérieure des parois de l'apodytérium était décorée de tableaux numérotés, montrant des scènes érotiques. On suppose que ces tableaux décrivent les prestations offertes par les prostituées installées dans le lupanar situé à l'étage supérieur

D'autres encore, comme le cas présent, ont été spécifiquement construites et organisées pour ce type d'activités

Ce lupanar - terme qui tire son origine du cri du loup en chaleur, semblable à l'appel des prostituées -, situé au croisement de deux ruelles, était distribué sur deux étages.

 

Via del Lupanare via del Lupanar

D'après des graffitis présents dans les chambres, il semble qu'au cours des dernières années de vie de la cité, il aurait été dirigé par les dénommés Africanus et Victor

On pénétrait dans le lupanar par deux entrées distinctes : la premièere au N° 18 de la ruelle dite du lupanar, la seconde donnant sur la ruelle située au sud-ouest du N° 19, d'un accès aisé pour qui venait du forum

Ces deux entrées menaient dans une petite salle centrale autour de laquelle s'agençaient cinq cellae meretriciae, avec des lits en maçonnage

les latrines étaient installées sur le côté ouest, près du N°19

Les parois des cellae recouvertes d'un crépi blanc, sont presque totalement recouvertes de graffitis, gravés, tant par les clients que par les prostituées

On sait avec certitude que ces inscriptions sont postérieures 72 après Jésus-Christ, car l'empreinte d'une pièce de monnaie de cette année-là a été laissée sur un crépi qui venait d'être posé

On imagine aisément le ton de ces graffitis : vantardise d'avoir fait l'amour avec de nombreuses filles, déclarations ou recommandations d'être attentifs , la jalousie s'y manifestant souvent aussi....

Si les parois de la petite salle centrale étaient décorées de simples encadrements et de guirlandes stylisées sur fond blanc, au-dessus des portes des cellae, on trouvait des tableautins où figuraient des scènes d'accouplements, une sorte de galerie des jeux érotiques possibles en ce lieu.

Au centre de la paroi nord, un tableau représente un Priape qui, devant un figuier, tient les testicules d'un double phallus

Dans son Ars amatoria, Ovide a décrit et commenté les diverses étreintes en fonction des caractéristiques physiques du couple

tableautin érotique

Soyons pratiques : Sondage :

Depuis 1998, nous offrons l'entrée gratuite à ce site. Ainsi que vous le comprendrez les frais de maintenance et de courant électrique et de renouvellement de l'outil informatique nous obligent à vous mettre à contribution et à nous verser un don en matériel ou en dollar pour investissement. En défaut, permettez-nous de vous poser une question : Une bannière sur cette page avec filtre vous choquerait-elle ? Dans ce cas, attendez-vous à trouver une bannière au sujet de la lingerie. Légende : En ce temps là, les femmes de Pompei croyaient fermement à la valeur d'un objet talismanique comme fécondité "volcanique" et chance et prospérité. Les enfants étant symboles de pérénité de la famille et surtout de fierté. Ainsi, un objet dénomé le phallus (voir traducteur Reverso) était porté dans le sac en mini reproduction....Aujourd'hui, le phallus sculpté à l'époque par défaut des sculpteurs est remplacé par un objet en corail de forme allongée qu'on appelle en Napolitain : Corna (contre le mauvais oeil) A ne pas confondre avec un piercing...

romasvaha@yahoo.it

les parois du vaste corridor sur lequel s'ouvrent les chambres des prostituées sont en stuc blanc, avec une frise formée de tableaux montrant les différentes positions d'accouplement

L'accès à l'étage supérieur se faisait par un petit escalier placé dans la ruelle descendant du forum ; doté d'une porte et d'une fenêtre, il débouchait sur un ménianum, sorte de corridor extérieur ou de balcon, qui donnait accès à cinq autres chambres

Les pièces de l'étage étaient sans doute pourvues de lits en bois ; leur parois portaient un décor du IVème style plus recherché et dépourvu de scènes érotiques

Bien que très répandue, la prostitution étaient jugée à Pompéi, comme dans tout le monde romain, comme une profession infamante, à l'égal de celle des acteurs ou des usuriers ; ceux qui prenaient part à cette activité étaient exclus des charges publiques

Hormis les personnes de passage, ces endroits étaient fréquentés par les esclaves et les affranchis, alors que les citadins libres faisaient venir les prostituées chez eux ou abusaient de leurs serviteurs.

Il semblerait que les Vettii ait possédé une esclave qui se livrait à la prostitution au sein de leur maison même. La chambre de cette esclave est très exigüe, le plafond qui n'existe plus, était très bas, une épaisse porte en bois ferme cette pièce et elle se situe au rez-de-chaussée de cette villa. La décoration serait à tendance érotique. Une inscription située à l'entrée de la villa indique que cette esclave pratique de bons services.....

Souvent, pour causer du tort à une personne, on l'accusait de fréquenter les lupanars, et il n'était fait aucune distinction entre les prestations hétérosexuelles et homosexuelles

 

accueil