LA MAISON DE

JULIA FELIX

 

A - entrée portant une inscription

B - entrée de la partie privée

C - atrium

D - Tablinum

E - Atrium décoré de peintures du forum

F - portique

G - triclinium

H - euripus

 

 

I - tonnelle

J - petit sanctuaire d'Isis

K - portique des thermes

L- apodyterium

M - tepidarium

N - laconicum

O - caldarium

P - natatio

 

     
C'est l'une des plus grandes et des plus remarquables demeures de Pompei.
   
La propriété de Julia Félix recelait un vaste jardin avec des parterres carrés délimités par des palissades en bois ;

après les cures thermales, on pouvait ainsi faire des promenades relaxantes

Des recherches archéologiques récentes ont démontré qu'elle résulte de l'union de deux insulae originellement séparées par une rue ; celle-ci fut supprimée au moment du regroupement qui intervint vraisemblablement après le tremblement de terre de 62 après J. C.

Cet ensemble était composé de constructions longeant la voie de l'Abondance, au nord et à l'ouest de celle-ci, alors que de grands jardins cultivés s'étendaient à l'arrière.

Les bâtiments ont été fouillés une première fois entre le 30 mars 1755 et le 30 avril 1757, sous la direction de l'ingénieur militaire R. J. Alcubierre et de son assistant C. Weber.

le but avoué de cette fouille était de récupérer ce que les antiquaires dénommaient "objets d'art", ainsi que de dépouiller les murs des peintures que C. Paderni, gardien du "musée" des Portiques, jugeait dignes de venir enrichir l pinacothèque constituée par la famille royale des Bourbons.

Comme c'était l'habitude à l'époque, une fois les recherches achevées, le complexe fut de nouveau enseveli.

En mai 1757, C. Weber effectua le relevé du plan de l'édifice en numérotant les lieux où avaient été trouvés en enlevés des objets, tout comme ceux où l'on avait détaché des peintures.

Il en dressa une liste qui s'avère aujourd'hui très précieuse

Le domaine de Julia Félix est de nouveau dégagé, entre 1936 et 1953, par l'archéologue A. Maiuri.

Au cours de la première campagne de fouilles, une découverte décisive permet de comprendre la nature du lieu

En correspondance avec l'accès n°6, une entrée monumentale formée de demi-colonnes et d'un petit fronton en opus latericium porte l'inscription suivante : "In praedis Juliae Sp(urii) f(iliae) Felicis locantur balneum venorium et nongentum, tabernae, pergulae, caenacula ex idibus Aug(ustis) primis in idus Aug(ustis) sextas, annos continuos quinque. S(i) Q(inquennium) D(ecurrerrit) L(ocatio) E(rit) N(udo) C(onsensu)"

("dans la propriété de Julia, fille de Spurius Felix, on loue des thermes pour personnes convenables, des ateliers avec une habitation à l'étage, des appartements à l'étage supérieur à partir du 1er août prochain et jusqu'au 1er août de la sixième année, pendant cinq ans. Une fois les cinq années écoulées, le contrat arrivera à son terme").

Le propriétaire de ce vaste terrain avait ainsi édifié un complexe polyvalent qu'il louait à des tiers, activités commerciales comprises.

Ce complexe peut être divisé en quatre noyaux distincts : la maison privée, la zône située autour du péristyle, les thermes et le jardin.

   
le péristyle

délimité à l'ouest par un portique à piliers erctangulaires en marbre et à l'est et au sud, par une tonnelle abritant niches et absides

L'euripus central était sans doute destiné au culte d'Isis

Vers 62 après Jésus-Christ, l'entrée de la maison privée a été déplacée au niveau du n°10, au centre de la rue située à l'ouest.

Il s'agit d'une demeure comportant atrium, compluvium, ainsi qu'un tablinum placé dans l'axe de l'entrée originelle du jardin

De nos jours, la grande majorité des parois conservent leurs fresques, à l'exception des panneaux centraux qui ont été détachés au XVIIIème siècle.

Le tablinum (D) devait être impressionnant avec son décor du IVème style composé de socles, plinthes sur fond noir et agencements de plantes vertes ; la partie médiane, tripartite est constituée de panneaux rouges et jaunes avec, au centre, des tableautins représentant des villes, des sanctuaires et des figures ailées ; la partie supérieure présente des natures mortes de grand format.

lors des fouilles du XVIIIème siècle, la paroi sud a été totalement dépouillée, alors que sur la paroi nord, seules les natures mortes ont été enlevées : elles sont aujourd'hui exposées au Musée National de Naples

La zône du péristyle est accessible depuis la maison privée, ou à partir de la voie de l'Abondance, en empruntant l'accès n°3 ; sur les parois de cette entrée, des fragments d'une frise peinte représentant le forum ont été détachés au XVIIIème siècle

Le côté ouest de cette partie du complexe comprend un large portique aux piliers monolithiques à section rectangulaire, en marbre d'ordre corinthien ; la paroi du fond est décorée d'un motif du IVème style, au centre duquel s'ouvre un spectaculaire triclinium estival doté d'un sytème de jeux d'eau en cascade : les revêtements portent un décor de scènes nilotiques, alors que le plafond, recouvert de pierre de Sarno, donne l'illusion de se retrouver dans une grotte.


Au centre du péristyle se trouve placé un
euripus, longue vasque rectangulaire dont les bords en marbre forment des absides et des niches.

Les côtés est et sud sont scandés par une alternance de niches et d'absides, avec des parois "en grotte" et des sièges ombragés par une large tonnelle soutenue par des piliers de section rectangulaire en opus mixtum

Il est vraisemblable que le jardin a été aménagé en fonction d'exigences culturelles liées au culte d'Isis

L'accès aux thermes se faisait par un escalier donnant directement sur la voie de l'Abondance ; de là, on parvenait à un quadriportique doté de sièges pour faire attendre les clients, puis à la succession traditionnelle de pièces - frigidarium, tepidarium (avec laconicum au nord) et caldarium

Jouxtant cet ensemble, on trouvai la piscine (natatio), utilisée essentiellement en été

Adossée aux installations thermales, une auberge (caupona) est accessible depuis le n° 7 de la voie de l'Abondance ; elle est divisée en compartiments équipés de sièges de pierre

Adjacent à l'auberge, on trouve aussi un petit thermopolium qui offre boissons et nourriture au passants

Le vaste jardin était subdivisé en espaces délimités par des palissades en bois

On accédait aussi au jardin depuis le sud, à proximité de l'amphithéâtre

Les différentes parties du domaine communiquaient entre elles

De fait, ce qui avait été un temps, une demeure somptueuse, s'était transformé en un espace économique



 

 

retour