LA MAISON DU FAUNE


  • A - Boutiques
  • B - Vestibule
  • C - Atrium
  • D - Impluvium
  • E - Cubiculi
  • F - Tablinum,
  • G - Alae
  • H - Pièce de pasasge
  • L - P
  • I - Oecus
  • J - Péristyle transversal
  • K - Exèdre décorée de la mosaïque d'Alexandre
  • éristyle
  • M - Oecus
  • N - Triclinium
  • O - Posticum
  • P - Quartier thermal
  • Q - Partie réservée aux esclaves
La maison du Faune, fouillée par Antonio Bonucci entre 1830 et 1832, doit son nom à la mise au jour d'une statuette en bronze d'un faune dansant ; elle était placée sur un piédestal de marbre à l'extrémité septentrionale de l'impluvium, et est aujourd"hui conservée au Musée national de Naples
portail d'entrée et le grand atrium avec, au centre, l'impluvium au faune dansant doté de rebords en marbre alors que le fond est revêtu de rhombes polychromes
     

Sur place, à Pompeï, une copie a été substituée à l'original, mais placée par erreur au centre de l'impluvium

D'une superficie de quelque 3000 m2, il s'agit de la plus vaste demeure de Pompeï, en concurrence avec la maison de Pansa qui occupe, elle aussi, l'ensemble d'une insula.

Parvenue presqu'inchangée jusqu'à nous, cette maison date de la première moitié du IIème siècle avant Jésus-Christ ; elle a été bâtie après la démolition d'une maison du IIIème siècle avant Jésus-Christ qui occupait le centre de l'insula

Vers la fin du IIème siècle avant Jésus-Christ, l'édifice est en grande partie restructuré : l'hortus est transformé en un second péristyle de grandes dimensions, d'ordre dorique, avec une série de petites pièces disposées sur le côté nord ; le péristyle transversal devient inonique.

 

Le péristyle avec ses colonnes ioniques et son jardin géométriquement ordonné

Le centre de la zône découverte était occupé par une fontaine en marbre dotée d'un bassin circulaire

Dans le même temps, le complexe thermal est transféré dans le secteur de la cuisine, lui-même désormais occupé par un triclinium ouvrant au nord sur le second péristyle.

En face de la boutique située au N° 5 de la voie de la Fortune Auguste, une entrée supplémentaire est percée, qui conduit dans le quartier du second atrium (le passage originel ne tombe donc pas en désuétude)

Les décorations sont également refaites, mais dans un 1er style tardif, afin de souligner plus encore le caractère austère de la domus

L'opération de plus grande ampleur correspond à la pose de mosaïques polychromes d'inspiration alexandrine, résultat d'un travail extrêmement minutieux - il suffit de penser que les tesselles ne dépassent pas le demi-centimètre de côté.

La plus remarquable est la mosaïque d'Alexandre, placée dans la grande exèdre entre le premier et le second péristyle.

la grande mosaïque polychrome représente Alexandre le Grand opposé à Darius lors de la bataille d'Issos

Cette mosaïque décore le pavement de l'exèdre placée entre les deux péristyles (K)

Les propriétaires de la maison ont choisi de conserver les décors originels plutôt que de suivre la mode ; pour ce faire, il en ont pris grand soin, les ont restaurés lorsque cela s'avérait nécessaire, voire, les ont modifiés de temps à autre.

Inséreés dans la façade, de nombreuses boutiques était séparées par de gros piliers en tuf gris avec des pilastres (ou des demi-colonnes, selon une hypothèse récente) au centre.

Sur le trottoir en roche lavique incrustée de crustae blanches, le célèbre Ave en tesselles polychromes se trouve en face de l'entrée de la maison qui est cantonnée de deux pilastres magnifiquement couronnés de chapitaux de tuf.

Le vetibule est décoré en 1er style ; dans la partie supérieure des parois, au-dessus d'une corniche saillante, se dessinent deux petits temples tétrastyles en stuc polychrome, avec des colonnes corinthiennes sur le piédestal.

Le pavement en opus sectile (assemble de triangles de marbre colorés) était délimité vers l'atrium par un seuil en mosaïque vermiculatum représentant une guirlande et des masques tragiques.

Le décor en perspective du 1er style des parois de l'atrium créait l'illusion d'un étage supérieur

Le centre de la pièce est occupé par un impluvium en matériaux précieux, avec des rebords en marbre palombin et le fond en opus sectile formé de losange en ardoise, marbre et calcaire de couleur.

Sur les côtés de l'atrium s'ouvrent plusieurs cubiculi, tous porteurs d'un décor en 1er style

La chambre située à l'angle sud-est possède un pavement en mosaïque avec un emblema en opus vermiculatum illustrant la rencontre érotique d'un satyre et d'une nymphe.

Les alae (salles d'attente) du tablinum recèlent aussi des sols superbes, aux emblematis insérés dans un pavement de crustae en marbre polychrome : l'emblema de droite contient une nature morte représentant un chat saisissant un poulet, des canards du Nil, des mollusques et des poissons d'eau douce ; celle de gauche présente trois colombes blanches extrayant un collier de perles d'un coffret

Les deux pièces jumelles placées sur les côtés du tablinum offrent deux autres exemples remarquables d'emblematis en mosaïque polychrome vermiculatum avec, à l'est, une guirlande où se détachent des masques de théâtre encadrant Dionysos enfant, ailé, chevauchant un tigre à tête de lion ; à l'ouest, on voit successivement un poulpe capturant une langouste et un paysage marin multicolore.

Le tablinum apparaît particulièrement solennel et austère avec ses huisseries faites de faux pilastres cannelés en marbre, motif identique à celui des côtés de la grande fenêtre donnant sur le premier péristyle

Le pavement en opus sectile est fait de rhombes polychromes juxtaposées formant un "tapis" de cubes en perspective, comme on peut en voir aussi dans les cellas des temples d'Apollon et de Jupiter ; ce "tapis" était précédé d'un seuil en mosaïque polychrome avec un motif de méandre axonométrique.

Sur le côté nord, décentrée par rapport à la largeur de l 'insula, mais dans l'axe du tablinum, , de l'atrium et du vestibule, se trouve la splendide exèdre enfermant la célèbre mosaïque de la bataille d'Alexandre

Située sur le côté sud, l'exèdre est composée de deux fines colonnes corinthiennes en tuf gris, placées sur un piédestal entre deux pilastres d'angle - eux aussi corinthiens - avec de beaux chapiteaux crépis et peints en rouge

Sur le côté nord, l'exèdre s'ouvre sur le péristyle par une baie occupant toute la largeur de la paroi

Côté sud, la grande mosaïque d'Alexandre est précédée d'un long seuil tripartite en mosaïque polychrome vermiculatum : au centre apparaît un faune nilotique, des canards figurant de part et d'autre

La grande mosaïque est exécutée en tesselles polychromes de très petites dimensions : il y en aurait environ un million et demi.

Exécutée sur place, cette mosaïque représente la bataille d'Issos ayant opposé Alexandre à Darius et s'étant soldée par la défait de ce dernier

 

 

RETOUR