LA CONSTRUCTION ET SES TECHNIQUES




 
ouvriers du bâtiment
en plein effort

opus quasi reticulatum en petits blocs
de pierre de lave

 

Opus reticulatum composé de plusieurs matériaux :
tuf gris, pierre de Sarno, pierre de lave

La cité s'est régulièrement agrandie du centre vers la périphérie, et ce, depuis la première installation au VIème siècle avant Jésus Christ et l'éruption de 79 avant Jésus Christ


Ce développement a entraîné une mutation des styles architecturaux ainsi que l'utilisation d'une partie des murailles antiques.

Actuellement, on divise l'histoire de Pompei en fonction du matériau et des techniques de construction employés : ainsi parle-t-on d'époque "calcaire" et d'époque du "tuf" .

(en effet, à une période donnée, l'emploi d'un maté apparaît proéminant)

Mais il faut reconnaître que le recours à certaines matières premières est bien souvent lié aux traditions, à la capacité des constructeurs ainsi qu'au mode d'approvisionnement des matériaux eux-mêmes.

 
La pierre de Sarno :
Travertin sédimentaire issu de la vallée du même nom que l'on appelle improprement "calcaire"
Cette pierre de couleur beige est très poreuse et ne se travaille pas aisément, mais celle-ci n'en constitue pas moins un bon élément de construction
Le travertin est employé pour les pavements, les seuils et pour les colonnes
la roche volcanique du Vésuve :
De couleur gris foncé et de nature basaltique, caractéristique des coulées effusives du volcan, est très lourde
 
la mousse de lave :
Partie supérieure des coulées de lave, celle-ci est très légère ; assez poreuse, elle est constituée essentiellement pour les cloisons et la partie supérieure des murs
le tuf gris :
Extrait de la zône prémontagneuse entre Nocera et Sarno, il est très facile à tailler
 
le tuf jaune :
Originaire des champs Phlégréns (au Nord de Naples) il est très tendre et d'un usage très aisé
 
la terre cuite :
Les briques en terre cuite rectangulaires présentent des dimensions et des épaisseurs variées

 

 

 

techniques de construction
retour
home