LA MAISON

DU CHIRURGIEN


  • A - Boutique
  • B - Entrée
  • C - Atrium
  • D - Impluvium
  • E - Alae
  • F - Tablinum
  • G - Cubiculi
  • H - Triclinium
  • I - Oecus
  • J - Viridarium
La demeure doit son nom à la découverte, pendant les fouilles de 1770 et 1771, de quarante instruments chirurgicaux conservés dans des étuis en métal : ils sont aujourd'hui exposés au Musée Archéologique national de Naples

 

 

Ce forceps rend compte du haut degré de technicité atteint par les concepteurs et fabricants romains d'instruments chirurgicaux   L'activité médicale est attestée à Pompéi par de nombreuses trousses contenant des instruments chirurgicaux : des bistouris, des specula ou des pincettes   Ce speculum uteris, instrument utilisé en gynécologie, révèle le niveau élevé qu'avait atteint la médecine romaine

La datation de cette maison a fait l'objet d'un des débats archéologiques les plus âpres et les plus longs de l'histoire de Pompei : à la datation du IVème siècle avant Jésus-Christ donnée par A. Maiuri - il considérait qu'il s'agissait là de l'un des meilleurs exemples d'architecture samnite - s'oppose celle qui, sur la base de fouilles archéologiques récentes, établit comme période probable le milieu du IIIème siècle avant Jésus-Christ

 

La maison du chirurgien donne sur la voie Consulaire, l'une des plus anciennes et des plus fréquentées de Pompei
La façade de cette maison en opus quadratum (pierre de Sarno) a longtemps fait supposer qu'il s'agissait d'une des plus anciennes habitations de la cité

Située au centre de l'Insula, cette demeure est orientée d'ouest en est et occupe un espace irrégulier précédemment occupé par une construction plus ancienne

Cette dernière possédait un accès situé à un niveau inférieur et était dépourvue d'impluvium : cette absence a conduit certains spécialistes à penser que l'atrium devait être couvert (atrium testudinatum) ; d'autres, à imaginer, au contraire, qu'il était découvert et présentait l'aspect "d'une cour dans une maison de campagne, où la pente du terrain, et peut-être une cavité bien placée au centre, permettait de recueillir les eaux et de les canaliser dans une citerne"

 

Plusieurs fois remanié, le tablinum de la maison s'ouvre d'un côté sur l'atrium et, de l'autre, sur le péristyle

Il s'agissait d'une maison de plan italique, avec sa succession classique de pièces (vestibule, atrium, tablinum) disposées sur un même axe, les alae (salles d'attente) étant perpendiculaires à l'hortus

Dans une phase ultérieure, sans doute lors du réaménagement de la voie Consulaire, l'ensemble de la maison a été pourvu d'un nouveau pavement, en brique pilée pour l'essentiel

Dans le même temps, une couverture a été placée sur l'atrium désormais composé d'un impluvium et d'un compluvium conservée dans la citerne sous-jacente, comme le montre la bouche en tuf qui devait être surmontée d'une margelle

Les parois de l'atrium ont d'abord porté un décor du 1er style avant de recevoir un décor en IVème style après le tremblement de terre de 62 après Jésus-Christ

Placé au centre de la paroi est du cubiculum situé à droite du jardin, ce tableau présente une femme peignant

Les pavements en mosaïque noir et blanc des deux alae remontent à l'époque augustéenne ; ils sont caractérisés par un seuil aux figures géométriques se poursuivant par un espace central sur fond blanc, parsemé de crustae polychromes, le tout étant cerné par une bande noire

A droite du tablinum, un ample triclinium a été de nouveau décoré au 1er siècle après Jésus-Christ : les parois sont ornées de peintures du IVème style, alors que le pavement en brique pilée possède en son centre un emblema en opus sectile

A l'extérieur du triclinium, un escalier mène à l'étage supérieur intégré dans la partie méridionale de la maison, réservée aux logements des esclaves

La maison du chirurgien permet de nous faire une meilleure idée des maisons présentant des structures architectoniques analogues, mais actuellement en mauvais état de conservation

 

 

 

RETOUR